Flora

Les dures conditions environnementales du Parc National du Teide ne permettent pas l'adaptation de la grande majorité des espèces végétales. Mais ce furent ces conditions qui ont entraîné dans la haute montagne de Tenerife un processus d'adaptation qui a conduit à l'émergence d'un nombre important d'espèces endémiques. La flore du Parc National, jusqu'à présent, est constituée par 168 espèces de plantes vasculaires documentées: 58 sont endémiques des îles Canaries, dont 33 sont exclusives de Tenerife et 12 du propre parc.

Le territoire du parc se situe à une altitude entre 2 000 m.s.n m. dans les plaines et les 3 718 au sommet du Teide. C'est pourquoi, pendant une grande partie de l'année, les températures peuvent être très basses et les gelées très fréquentes. Par contre, Les Cañadas, se trouvant au-dessus de l'influence des alizées, présente un climat en général sec et on y enregistre un fort ensoleillement. En outre, les précipitations sont inférieures à 500 mm par an, souvent sous forme de neige et la fréquence et l'intensité du vent augmentent l'évapotranspiration.

Pour faire face à ces rigueurs la flore s'est acclimatée. En résultat de ces adaptations, les plantes présentent: un dense revêtement de poils qui les protège du rayonnement solaire et à la fois leur permet de conserver l'humidité; des petites feuilles pour diminuer la perte d'eau par évapotranspiration; des formes rembourrées, dont le fait d'être compactes et denses, améliorent la résistance aux grands changements de températures et aux vents intenses.

La formation végétale qui domine le paysage de Las Cañadas est le 'retamar-codesar', dont les espèces les plus représentatives sont le genêt du Teide ( Spartocytisus supranubius ) et le 'codeso' de sommet (Adenocarpus viscosus ). Dans la limite inférieure de sa distribution, elle se mélange avec le pinar et dans la supérieure, dans le cas du genêt, jusqu'aux 3 000 mètres sur les versants du Teide et Pico Viejo. D'autres espèces qui enrichissent la végétation sont l'herbe 'pajonera' ( Descurainia bourgeauana ) avec son jaune spectaculaire et le' rosalito' de sommet ( pterocephalus lasiospermus ) à coloration bleuâtre et très abondant. Au passé, ces arbustes étaient exploités comme aliment et lit pour le bétail et comme mort-bois (en particulier dans le cas du genêt). Actuellement, la production de miel est le seul usage qui est autorisée.

Comme des plantes uniques il faut citer l'endémique 'alhelí' du Teide (Erysimum Genista ), avec ses beaux fleurs mauve et typique des sites rocailleux. Tant cette plante comme la 'tonática' ( Nepeta teydea ), un autre endémisme partagé avec les sommets de Île de La Palma, ont accrédité ses propriétés médicinales. La 'tonática' ( Nepeta teydea ), facile de distinguer par ses petites fleurs violet habite dans les fentes des zones rocheuses. La 'margarita' du Teide ( un teneriffae ) aux fleurs frappantes est l'une des espèces qui subsiste à haute altitude, même sur les versants du Teide à 3 500 m.s.n m.

C'est précisément ici qu'on trouve les domaines de l'un des plus grands trésors du parc: la violette du Teide ( Viola cheiranthifolia ). Cette plante de petite taille reluit ses belles fleurs bien au milieu du printemps. C'est le plus caractéristique et emblématique représentant de la flore des sommets, puisqu'elle ne peut être observée qu'entre les 2 400 et les 3 600 m d'altitude. À cette altitude, la violette du Teide coïncide avec le rare edelweiss du parc ( Laphangium teydeum ), une petite plante aux tonalités clairs et fleurs jaunes qui vit associée aux terres chaudes touchées par la vapeur d'eau issue des fumerolles.

Une autre espèce très caractéristique c'est le tajinaste rouge ( Echium wildpretii ), lequel, avec ses tiges florales de forme conique qui atteignent 1,5 m de hauteur et ses luxuriantes fleurs rouges, marque le paysage pendant les mois de mai et juin. Plus petit et plus faible c'est le 'tajinaste' piquant ( Echium auberianum ) aux beaux fleurs bleues qui croît préférentiellement dans les terrains pumitiques.

On ne peut pas terminer cette brève description de la richesse floristique du Parc National du Teide sans une mention à certains taxons particulièrement abondants et propres des sites escarpés, comme le cèdre canarien ( Juniperus cedrus ) et le 'moralito' ( Rhamnus lagerh ); Le chardon d'argent ( Stemmacantha cynaroides ), de très faible présence et protagoniste de nombreux travaux de conservation de même que le rosier du guanche ( Bencomia exstipulata ), un arbuste appartenant à un genre exclusif des Canaries.

Le tableau ci-dessous consigne les espèces présentes dans le parc qui figurent dans les Catalogues nationale et canarien comme vulnérables ou en danger d'extinction.

 

CEEA

CCEP

Nom commun

Juniperus cedrus cedrus

UEV

 

Cèdre canarien

Silene nocteolens

UEV

V

Canutillo du Teide

Bencomia exstipulata

EX

E

Rosalito

Helianthemum juliae

EX

 

Jarilla de Las Cañadas

Salix canariensis

 

V

Saule

Stemmacantha cynaroides

EX

E

'Cardo' (Chardon)d'argent

Dactylis metlesicsii

 

V

Jopillo de sommet

CEEA: Catalogue Espagnol des Espèces Menacées CCEP: Catalogue Canarien des Espèces Protégées

Au jardin botanique de Le Portillo on peut trouver un intéressant échantillon de toutes ces espèces.